13.2.13

Marque employeur et internet : le cas Casino

L'utilisation d'Internet en général et des réseaux sociaux en particulier continue de progresser dans les habitudes en France, tant côté recruteurs que côté candidats. Dans des proportions somme toute faible et différentes selon les cas. La génération Y est par exemple très adepte de ses nouvelles techniques de recrutement quand à l'opposé les PME en sont encore peu amatrices. Les deux extrêmes s'affrontent. L'utilisation des réseaux sociaux est aussi fonction de la catégorie socio-professionnelle.
 
Selon une étude d'Adecco de septembre 2012, les cadres sont les principaux utilisateurs des réseaux sociaux professionnels à 46 %, contre 24 % chez les professions intermédiaires, 17 % chez les employés et 7 % pour les ouvriers. Il est vrai que c'est assez logique. Un ouvrier sur une chaîne de montage fréquente moins Internet de manière générale puisqu'il ne travaille pas sur un ordinateur, alors qu'un cadre y passe le plus clair de son temps. A cela s'ajoute le fait que les annonces d'emploi pour les ouvriers ne sont pas légion sur les réseaux sociaux.
 
De leur côté, les PME prétendent à 45 % utiliser les réseaux sociaux pour recruter depuis plus de deux ans, 35 % depuis peu de temps et 14 % pas du tout (étude Ipsos automne 2012). La marge de progression est encore grande. Les grandes entreprises donnent l'exemple avec parfois la création de sites internet dédiés au recrutement, lorsqu'il n'y a pas un espace recrutement sur leur site traditionnel. En général, cette stratégie va de pair avec une présence active sur les réseaux sociaux. C'est ce qu'on appelle le développement de la marque employeur. Cette notion m'a toujours interpelée, car si on y réfléchit bien, cela veut dire que l'entreprise doit séduire pour recruter, elle doit développer son image d'employeur. Autant, dans les années 80-90, cela avait du sens, car alors les jeunes dîplomés étaient très sollicités et il fallait que les entreprises se démarquent pour les attirer chez elles, autant depuis de trop nombreuses années maintenant, c'est plutôt aux candidats de tout faire pour séduire une entreprise afin d'être recrutés. Il y a un paradoxe étonnant. Bref.
 
Comme exemple de marque employeur déployée sur le net, on peut citer le groupe Casino. Pour le coup, on s'y perd même parmi les divers sites. En effet, nous avons http://www.carrieres.groupe-casino.fr/ qui est dédié comme son nom l'indique aux carrières dans le groupe. Ce qui est surprenant c'est qu'en fait il ne s'agit pas d'un site à part, malgré cette url, mais d'une rubrique du site groupe-casino.fr. Et c'est la seule dont le nom de la rubrique vient se mettre avant le nom du site. Les autres pages sont structurées de manière normale à savoir nomdusite.nomrubrique.fr.
Vous évez également http://www.casino.fr/recrutement-casino.html, cette fois il s'agit de la page recrutement du site casino.fr (les magasins). Cette page a aussi une particularité c'est que son accès ne figure qu'en tout petit en bas du site à côté des mentions légales. On veut bien recruter mais il faut laisser les rubriques nobles en accès faciles en haut du site pour tout ce qui touche la vente aux clients.
Ensuite, vous avez http://www.casino-restauration-recrute.fr/ dédié aux recrutements pour les cafétérias et autres lieux de restauration du groupe.
 
 
  
 
Et comme cela ne suffit pas, j'ai découvert en consultant la liste des sites web du groupe qui figure sur le site groupe-casino bien d'autres choses. En effet pas moins de 8 sites toujours dédiés au recrutement, cela va de Franprix, en passant par le tutorat pour les jeunes, Monoprix, et 35000etreshumains.com etc... On est littéralement perdu dans tous ces méandres de sites internet. Sincèrement avoir une stratégie de présence sur internet pour les ressources humaines et le recrutement, c'est bien, mais en avoir partout et dans tous les sens sans aucune image identique en termes de charte graphique, en plus, c'est pas génial.
 
Quant aux réseaux sociaux, l'étude du cas Casino est aussi intéressante. Sur le site groupe-casino.fr figure un lien intitulé Réseaux sociaux sur lequel j'ai cliqué. Apparait alors une page spécifique qui indique pour tous les pays du monde où est présent le groupe et pour chaque enseigne (Franprix, Casino, Groupe casino, etc...) s'ils sont présents sur Facebook, Twitter, Pinterest, YouTube ou Foursquare. En cliquant sur une icône pour arrivez sur le profil de l'enseigne sur le réseau social. Sauf si cette page n'est pas à jour, ce qui est fort possible, mais on apprend que là aussi c'est une forêt de profils différents sur les réseaux sociaux, sans logique aucune. En France, le groupe Casino n'a pas de profil Facebook, ou Twitter mais YouTube, tout comme Géant Casino. Casino France a tout sauf Facebook. Les supermarchés Casino sont uniquement sur YouTube et Facebook. Et ainsi de suite.



 
J'ai cliqué au hasard sur le logo Facebook des supermarchés Casino. On arrive sur une page surréaliste sur laquelle on peut dire qu'ils ne développent pas leur marque employeur : le titre de la page est Supercasino.fr / Le site des supermarchés Casino. Déjà ils commencent par donner un nom de site à la page Facebook. Sachant que ce site existe. Ensuite, on peut constater qu'ils n'ont rien publié depuis novembre 2011. Incroyable mais vrai. Mais il y a encore plus fort. Il y a une dame, visiblement peu habituée à l'utilisation de Facebook, bien qu'elle y ait un profil, qui a en 2012 écrit sur la page Facebook pour demander à être abonnée à la newsletter. Sauf qu'elle l'a fait plusieurs fois, pensant que son post ne s'était pas publié, qu'elle y a mis à la vue de tous son adresse et son numéro de portable, et qu'en plus elle a publié sa photo, en direct de son salon de coiffure où elle venait de faire son brushing ! Et sans être méchante, quand on la voit, on comprend qu'elle ne comprenne rien aux usages du net et de Facebook. J'en reste médusée. Non pas que cette dame est commis une belle bourde, pour sa propre réputation et respect de sa vie privée, mais comment se fait-il que personne dans le Groupe Casino n'est rectifié le tir en supprimant ces posts, d'autant qu'il s'agit des seules publications de toute l'année 2012. Donc on ne peut pas les rater.
N'y a-t-il pas des webmasters en pagaille dans le groupe Casino ? des community managers ? S'ils en ont besoin qu'ils fassent appel à mes services ! On a vraiment l'impression d'avoir affaire à une page Facebook d'amateurs ou de petite entreprise locale perdue aux fins fonds de nulle part. Mais certainement pas de la page Facebook d'une grande enseigne française, faisant partie d'un groupe mondial. Donc non seulement, les Supermarchés Casino ne se servent pas de leur page Facebook pour attirer les candidats ou communiquer avec eux, mais en plus elle n'est même pas utilisée comme page institutionnelle. On a l'impression que quelqu'un a initié quelque chose, un jour, et puis tout s'est arrêté. Sauf que c'est toujours visible par tous.
 
Je n'ai pas poursuivi plus loin mon investigation des sites et réseaux sociaux de Casino, ce que j'en ai vu me suffit pour dire que c'est quand même dommage de ternir ainsi son image. Ceci est une nouvelle preuve que la gestion de son identité et de sa présence sur internet n'est pas à la portée de tous, puisque même quand on s'appelle Casino il y a de grosses failles. Internet et les réseaux sociaux ne pardonnent pas la légèreté. Ils conservent tout, laissent des traces. Développer sa marque employeur à travers des multitudes sites internet (qui j'espère sont mis à jour) et ne pas avoir une page Facebook à jour, propre et sans ineptie, reste stupéfiant. Il y a visiblement une dispersion telle qu'ils ne suivent plus.
Avis aux PME, ne pas suivre cet exemple. Si vous recrutez régulièrement, une page recrutement sur votre site internet et deux ou trois profils à jour sur des réseaux sociaux différents seront déjà une belle avancée.
 
A lire également
 

2 commentaires:

didier a dit…

Bonjour,

Effectivement votre analyse est juste, c'est très brouillon chez Casino.
Néanmoins, votre article a peut-être fait son effet, il y a plus de contenus sur leurs réseaux fr depuis peu.

Laurence LUBRANO a dit…

Merci pour votre message. Je doute que ce soit suite à cet article... mais c'est une bonne nouvelle. Cela reste très étonnant les stratégies de communication de certaines grandes marques ! Ce qui prouve que ce n'est pas une question de budget, comme beaucoup le pensent. Et avec Internet, aujourd'hui, on n'a pas le droit à l'erreur.

Vous voulez laisser un commentaire ?

Merci d'avance pour votre commentaire, il sera publié après modération.

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo ou site internet en cliquant sur Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être averti dès qu'un nouveau commentaire est publié sur ce sujet.
4) Cliquer sur Publier.